Une fois n’est pas coutume, le Design altima s’est donné rendez-vous à Barcelone pour le Offf Festival. Et puis comme chaque année, on perd quelqu’un en route… Cette fois, c’est notre Manager Suprême qui n’a pas pu faire partie du voyage préférant le charme discret du Luxembourg aux rues animées de Barcelone. C’est son choix.

Entre quelques mojitos, pulpo et autres mots en O, nous avons découvert des gens dingues, des univers fous, inspirants, inspirés. Des projets qui boostent l’optimisme et qui met plein d’idées en tête.

Un peu plus de deux mois après ce petit détour barcelonais, il était bien temps de partager avec vous nos coups de coeur 😉

Ivan Cash ou le crush de Manue

Ivan Cash a la trentaine. Ivan Cash vit à San Francisco. Ivan Cash c’est le gars avec qui tu rêves d’imaginer un projet de fou. Artiste protéiforme, Ivan Cash arrive à reconnecter les gens grâce à des idées simples qui transforme chacun d’entre nous en créatif. Balaise !

Son premier succès ? Snail my Emails – une plateforme communautaire où des volontaires, partout dans le monde, dessinent des e-mails et les envoient ensuite par…LA POSTE ! oui ! des vraies lettres avec du papier et tout. C’est fou, ça marche.
blog-altima--ivan-cash--snailmyemail--ok

Il y a eu ensuite Selfless Portrait où il propose aux créatifs en herbe de dessiner le profil Facebook de leur choix.

blog-altima--ivan-cash--selflessportrait01

blog-altima--ivan-cash--selflessportrait02

Ou encore l’opération « No Tech Zone » dans les jardins de San Francisco pour appeler les gens à relever le nez de leur téléphone et de se parler.

blog-altima--ivan-cash--notechzone

Par des actions simples, Ivan Cash établit non seulement un rapport entre les utilisateurs et leurs vie numérique mais il arrive aussi à les reconnecter autour d’une démarche commune.

Ivan Cash, le mec connecté qui reconnecte tout. #jesuisdéjàfan.

Pour en voir plus, www.ivan.cash

Calvin Sprague a fait chavirer Elodie

Pour ma part, j’ai eu un coup de coeur pour Calvin Sprague, vous le connaissez sûrement, et si ce n’est pas le cas, cela en vaut la peine ! Du moins ses créations ! Il a créé des artworks pour Pink Floyd, Mickael Jackson, des Red Hot, de Paul McCartney, de Deftones, de Bruno Mars… et bien d’autres encore !

blog-altima--calvin-sprague--01

Après avoir testé la musique avec son frère jumeau Ryan, en formant un groupe de rock, ils décident de collaborer avec un de leur ami de longue date, Josh, et de créer l’agence Pavlov design.

Pour eux, faire de la musique n’était pas si différent de la création graphique, d’icônes, de logos, de packagings ou d’identités visuelles. La musique et le design sont similaires, il faut canaliser l’énergie créative pour dessiner des paysages, susciter l’émerveillement et attirer le public grâce à l’excitation et à la beauté.

Ils veulent démarquer leur agence en ajoutant une touche unique aux entreprises ou artistes, qui souhaitent se démarquer de façon efficace et avec un graphisme ayant de l’impact visuel.

En 2014, Calvin a créé un second bureau à Amsterdam. Cette ville l’a énormément inspiré et il consacre son temps à l’illustration sur ce thème avec des jeux de couleurs et de typographie juste sublime.

blog-altima--calvin-sprague--02

Un artiste très inspirant, une découverte. Participer au OFFF Festival c’est « prendre une bouffée d’inspiration », découvrir des artistes de tous les genres, avec leurs univers, leur « art ». On repart des idées pleins la tête, avec l’envie d’y retourner, et pas que pour les mojitos 😉

Pour en prendre plein les yeux : www.pavlovvisuals.com

Stefan Sagmeister rend Yohann happy

Sagmeister, on ne le présente plus. Un des graphistes les plus talentueux (et fou) de sa génération. Voire le plus talentueux. Le genre de mec à faire des affiches avec ses propres cheveux, à lancer son studio (avec Jessica Walsh, cœur avec les doigts) en posant complètement nu. Enfin ce genre de trucs quoi.

Alors quand on a su que son documentaire, The Happy Film, sorti il y a peu (et déjà plusieurs fois primé, excusez du peu) serait diffusé au OFFF, j’étais un peu comme une pré-ado devant l’annonce d’un concert de Justin Bieber. Impatient.

sagmeister-thehappyfilm-01

Alors on s’est arrangé pour se glisser dans la loooongue file d’attente pour ne pas rater ça.

Le principe de ce documentaire autobiographique est simple : Sagmeister se met en scène dans une série d’expérimentations autour de la recherche du bonheur. Rien que ça. Suivi par des médecins et autres spécialistes, il passe par la psychothérapie, le yoga dans une communauté un peu hippie-bizarre, les anti-dépresseurs (sous l’emprise desquels il se marie) en passant même par quelques drogues hallucinogènes…

Outre la présence de la patte graphique de Sagmeister tout au long des différents tableaux qui constituent le documentaire, et des différents passages relatant les coulisses de ses différents travaux et expos, The Happy Film oscille entre humour décalé, émotion, et poésie. De quoi se poser la question sur sa propre recherche du bonheur…

sagmeister-thehappyfilm-02

Au final un film pas si happy que ça. On a dû compenser en Sangrias.

Jetez un œil au trailer, et checkez les dates et lieux de diffusion, ça vaut vraiment le coup : www.thehappyfilm.org

Et si jamais un petit voyage vous tente, vous pouvez aussi aller voir l’expo « The Happy Show » au MOCA de Los Angeles : www.moca.org/exhibition/stefan-sagmeister-the-happy-show

sagmeister-thehappyfilm-03

 

Du papier et un chat, doublé inspirant de Nico

Une première pour moi au OFFF Barcelona ! Je garde un très bon souvenir des trois jours de conférences qui ont animé ce riche festival de design. La variété du contenu était au rendez-vous, de la 3D à l’illustration en passant par le motion design… En bref, un détour très inspirant au coeur de la capitale catalane ! Mais entre deux verres de bière et quelques tapas, ce sont les conférences très réussies de deux artistes très différents qui se retrouvent parmis mes coups de coeur de cette édition 2017 :

Kelli Anderson

Comme première belle surprise, Kelli Anderson, jeune artiste originaire de Louisiane et exerçant aujourd’hui à New York, nous a présenté ses créations print phares, aussi loufoques qu’ingénieuses. “What can paper do?” lance t-elle sur les quatrièmes de couvertures de ses ouvrages This book is a camera ou This book is a planetarium. Car en effet, a défaut d’être de simples livres, ce sont de vrais “pop up books” fonctionnels que confectionne Kelli. Dans “This book a is a camera”, un appareil photo en papier prend vie au milieu du livre et permet de prendre de vraies photos grâce à un système avec pellicules intégrées. Cette initiative fera naître en elle l’idée d’un projet peu commun: photographier uniquement à l’aide de cet appareil les rues de New-York. C’est beau, c’est fun, et le résultat est convaincant, voire complètement bluffant.

blog-altima--kelli-anderson--01

Son livre « This book is a camera » : www.kellianderson.com/books/thecamera.html

Et son livre « This book is a planetarium »: www.kellianderson.com/books/planetarium.html

Mr. Kat

C’est aussi la conférence de Mr Kat qui m’a beaucoup séduit. Mr Kat, c’est un artiste espagnol très influencé par la culture péruvienne, qui s’est lancé dans le design 3D en 2007 avant de s’y consacrer pleinement en 2013 afin de développer son propre style. Au final, des textures très lisses et des formes assez simples, mais surtout la création de tout un univers très personnel autour de chats et autres figures enfantines. Sa conférence incluait bien évidemment les rendus finaux de son travail mais aussi certaines partie de sa méthodologie, ce qui rendait l’ensemble vraiment très complet.

blog-altima--mr-kat--01

Une belle découverte qui m’a donné une vraie envie de me lancer en 3D !

blog-altima--mr-kat--02

Allez jeter un œil au travail de Mr. Kat : www.behance.net/mr-kat

Bilan

Le OFFF reste une valeur sûre quant aux conférences de design. Il offre chaque année un bel éventail d’inspiration, une sélection superbe, et surtout met en avant des domaines balayant le design au sens large ! (parce qu’on a beau faire du web, on reste des designers, au sens large)

Ah et j’oubliais, Barcelone, c’est toujours un fort gros plaisir de te retrouver, alors à l’année prochaine 🙂

20170407_200649-ANIMATION

Yohann Lavisse

Directeur Artistique

More Posts