Comme chaque année, nous nous sommes rendu au Théâtre de Paris où se déroulait la dotJS.

Nous sommes quatre de l’agence de Roubaix à y être allés : Thomas, Miguel, Jonathan et moi-même. Nous allons tour à tour vous présenter les différentes conférences qui ont eu lieu.

WebRTC

Le WebRTC vous permet d’exploiter des communications son et vidéo avec l’utilisateur grâce à une API Javascript, le tout est supporté par des grands du web tels que Mozilla, Opera ou encore Google.

Jusque là c’est très tentant, non ? Le petit bémol c’est que le WebRTC est très mal supporté par les navigateurs, voici ce que nous dit iswebrtcreadyyet.com

webrtc compatibility

webrtc compatibility

C’est en partant de ce simple constat qu’Eric Schoffstall, créateur de Gulp et de genome.js, nous propose RTC-Everywhere.

RTC Everywhere

RTC Everywhere

La promesse est de vous donner la possibilité d’écrire le même code sur de nombreux environnements : desktop, mobile et node.js par exemple.

 Jade

Forbes Lindesay, développeur chez Facebook nous à expliqué comment fonctionne le moteur de template Jade (renommé PUG récemment).

Ce moteur de template vise à simplifier et minimiser l’écriture du code HTML. Tout en assurant la dynamisation traditionnelle des autres moteurs de templating HTML existants (variabilisations, boucles, conditions…) , cette nouvelle syntaxe HTML est très intuitive et s’apprend rapidement.

Une particularité syntaxique de ce langage est la tabulation ou l’espace qu’il ne faut surtout pas mélanger sous peine d’erreurs de compilation.

Durant cette conférence, nous avons pu comprendre comment fonctionne JADE.

Le protocole http/2

Lorsque Rebecca Murphey a demandé « Combien êtes-vous à utiliser http/2 en production ? », à peine quelques mains se sont levées. C’est en partant de ce constat qu’elle a introduit son exposé sur la nouvelle forme du protocole de communication client-serveur (finalisée le 18 février 2015).
Les avantages du protocole sont pourtant multiples : accélération du chargement des pages web avec des temps de réponse plus rapide, meilleure sécurisation des connexions et meilleure lutte contre les attaques DDOS sur les sites web…

http/2

Alors pourquoi est-il aussi peu répandu ?
Le fait que le niveau d’adoption de http/2 soit assez faible est dû au fait que les serveurs et les navigateurs ne supportent cette nouvelle norme que depuis très récemment (votre navigateur est-il compatible ? ).
Selon W3Techs, 1,9% des 10 millions de sites les plus importants supportaient le HTTP/2 en Octobre 2015, 6,2% aujourd’hui.

Il faudra donc probablement attendre encore de nombreux mois avant que cette transition ait un réel impact sur notre quotidien d’utilisateur mais comme le dit un célèbre proverbe : « Rome ne s’est pas faite en un jour. » !

Codez léger !

Henrik Joreteg nous rappelle que le langage javascript est de plus en plus répandu, aussi bien dans le développement front-end et back-end, mais qu’il souffre d’une mauvaise réputation sur mobile.
En effet, tout le monde ne dispose pas du dernier iPhone 6S avec un accès permanent à une connexion 4G, il est donc important de prendre en compte toutes ces différences en terme de périphérique ou de vitesse de connexion pour construire des pages ou des applications qui ne feront pas vivre un enfer à certains de vos visiteurs.

poc lite web app

Bien que ce résumé puisse ressembler à enfoncer des portes ouvertes, l’auteur de cet exposé donne des exemples très intéressants de ce qui peut être fait en terme de réduction de poids du code utilisé lors de sa présentation que vous pourrez retrouver ici.

La programmation asynchrone en JavaScript

J’ai particulièrement apprécié cette toute première conférence qui montrait comment nous faisions à une époque et comment nous pouvons faire dès à présent grâce aux nouveaux standards émergents.

En effet, nous avons parlé des générateurs et des promesses qui sont arrivés avec le standard EcmaScript 2015 qui sont particulièrement intéressants une fois les 2 combinés, cela reste cependant très difficile à mettre en place dans un workflow classique mais également à appréhender pour des développeurs moins expérimentés.

 Et cela s’est conclut en portant notre regard un peu plus loin, vers le futur. Nous y avons découvert les fonctions asynchrones en EcmaScript 7 (ou 2016, on ne sait pas encore pour le moment) qui reprennent trait pour trait le fonctionnement existant en .NET.

Teaching Kids Programming using Web Browsers and Real Robots

Une conférence très surprenante pour ma part ! En effet, Tim Caswell, le créateur de NVM nous a fait une démonstration de son programme écrit le week-end précédent pour que son fils puisse programmer en s’amusant, il s’est aidé de micro-controller et a créé son propre langage sous forme de pseudo code. Autre point intéressant, il s’est amusé à écrire cela à l’aide de différents langages tels que le C, le Lua et le JavaScript bien évidemment.

Durant cette présentation, il expliquait qu’il n’y a pas assez de bons développeurs dans le monde et qu’il avait eu cette idée afin d’insuffler aux enfants une attirance pour la programmation.

Notre avis sur cette édition est un peu plus mitigé que l’année passée. Nous avons été moins emballé par les conférences, aucune ne nous a vraiment donné un effet wahoo. Autres bémols que nous avions déjà remarqués l’année passé, nous trouvons qu’il y a vraiment trop de pauses surtout l’après-midi,  en raison de leur fréquence et de  leur longueur, ces pauses ont davantage contribué à casser le rythme des conférences plutôt que de maintenir les spectateurs en haleine.

Cela ne nous empêchera pas d’y retourner avec plaisir l’année prochaine !

Et vous, qu’avez vous pensé de cette édition 2015 ?

Johnathan / Miguel / Jonathan et Thomas

Johnathan MEUNIER

Développeur front-end optimisation

More Posts

Follow Me:
Twitter