Rachetée par Google fin 2014, la société Firebase propose des solutions de gestion de données pour les développeurs d’applications mobiles. Lors de sa conférence annuelle IO, Google a présenté la solution Firebase Analytics dédiée au tracking des applications iOS et Android. Solution que Google recommande désormais en lieu et place de Google Analytics pour les applications :

Google Firebase Analytics

C’est nouveau, alors c’est innovant ?

Google Analytics prévoit déjà une interface et un mode de tracking adaptés aux applications avec un SDK iOS et Android. Alors qu’est-ce que Firebase Analytics promet de plus? A vrai dire, rien en l’état, du moins concernant l’analyse app-centric.

Firebase propose des rapports agrégeant les « évènements » et des données « user-centric » personnalisés. Là où Google propose la mesure des « écrans » vus avec la possibilité d’ajouter la mesure d’évènements (la notion est sensiblement la même) et des données personnalisées complémentaires (dont « user-centric). En somme, on y perd à première vue.

Les écrans selon Google Analytics

La notion d’écran est l’héritage des pages vues pour les sites et selon les applications, elle peut rester importante. Beaucoup d’applications sont concentrées sur 1 ou 2 templates et la notion d’écran perd son intérêt par opposition aux évènements. Mais pour un e-commerce ou bien une application de banque, il subsiste souvent un certains nombres de templates, par fonction et par services ou produits.

La notion d’événement est très intéressante pour enrichir l’analyse des sites en complément de la mesure des pages vues. Dans les applications, les écrans sont très dynamiques et donc les évènements concentrent l’essentiel des interactions, c’est pourquoi l’analyse des évènements devient fondamentale.

Cependant, il reste intéressant d’étudier les écrans, à part pour observer les parcours, avec les évènements pour analyser les comportements sur les écrans, suivant les parcours, etc. Dans Firebase il restera possible d’indiquer l’écran dans les paramètres d’évènements a priori, mais au final cela revient donc au même par rapport à Google Analytics.

Du parti pris aux limites 

Les évènements diffèrent dans Firebase car ils portent simplement un nom complété par des paramètres personnalisés. Là où Google propose un système de classification Catégorie/Action/Libellé très efficace – pour peu que le plan de marquage ait été bien réfléchi et maintenu – qu’il est possible de compléter avec des données personnalisées (équivalents aux paramètres d’évènement dans Firebase).

La solution Firebase est gratuite dans la limite de 500 évènements distincts alors que les évènements sont illimités avec Google. Si 500 évènements semblent largement suffisants, encore faut-il bien comprendre la notion de « distinct » : par le nom ou par les paramètres ou encore par les valeurs des paramètres. S’il y a simplement un événement distinct par nom, les paramètres permettront d’en configurer une infinité au final pour l’analyse. S’il y a un événement « distinct » avec un paramètre correspondant à un produit spécifique par exemple, on peut très rapidement atteindre la limite avec un simple ajout au panier.

Le nombre de rapports est illimité et Firebase indique qu’il n’y a aucun échantillonnage contrairement à Google Analytics (hors Premium/360 Suite). C’est à dire l’extrapolation des mesures globales sur la base des échantillons dès que l’on travaille sur un rapport personnalisé avec des données nombreuses.

Enfin, du point de vue de l’interface, on constate l’arrivée du material design qui améliore l’expérience utilisateur, toujours absente de Analytics, Tag manager ou Gmail par exemple. Pour autant, on devine une forte proximité fonctionnelle avec ce que l’on a dans Google Analytics.

Google Firebase
Pas de miracle au niveau de l’implémentation

La solution met en avant la simple implémentation et mise à jour avec Google Tag Manager. Encore une fois, rien de nouveau, c’était déjà vrai pour Google Analytics. Et pour autant, si la configuration est efficace avec GTM, surtout pour la mise à jour, il reste un travail d’implémentation manuel des évènements et des données à transmettre dans le code source.

A l’avantage de Google Analytics, il existe déjà une grosse documentation et une communauté très dense d’utilisateurs pour trouver des cas et des solutions.

En somme, il faut patienter

C’est peut-être trop tôt pour juger, mais les informations disponibles sur Firebase Analytics laissent penser que la solution n’apporte rien de plus que Google Analytics. Mais à défaut d’enrichir l’analyse app-centric, l’intérêt de Firebase se concentre peut-être dans l’analyse de l’attribution, plutôt user-centric, comme son annonce l’évoque également.

Avant de s’aventurer dans une telle implémentation, il vaut mieux attendre quelques cas mettant en avant des usages intéressants et non réplicables avec Google Analytics. Ou bien des évolutions de Firebase Analytics allant dans ce sens, un scénario très probable si Google mise dessus.

Historiquement, Firebase propose des solutions reconnues par les développeurs d’application. Son cœur de métier plus prometteur fera donc l’objet d’un second article.

Arthur Marot

Consultant

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn